L’énergie biomasse

biomass
La biomasse est définie comme étant la production d’énergie par l’ignition de déperditions de matières organiques. Cette matière peut comprendre à la fois le monde végétal et animal. A ce jour, elle est placée à la deuxième place dans l’hiérarchie des énergies renouvelables. Mais aussi, ce terme relève d’un domaine très large. Il peut en effet regrouper toutes sortes de déchets ménagers et industriels. Cela peut aller des déchets agricoles aux déchets ménagers. Le terme biomasse fait en quelque sorte allusion à la biologie, d’où son appellation « bioénergie ».

Le fonctionnement de la biomasse

En principe, la biomasse sert à produire de l’électricité. On peut parvenir à ce procédé par des moyens thermiques ou par biochimie. Que ce soit l’une ou l’autre, le but recherché toujours d’obtenir une énergie utilisable avec moins d’effet néfaste possible. Généralement, ce sont aujourd’hui la cogénération ainsi que la fermentation qui sont les plus utilisés.
La biomasse ligneuse est la production d’énergie par la combustion directe des résidus organiques. C’est essentiellement le cas des usines de bois ou de papier. Ils utilisent ces moyens pour produire de l’électricité en plus pour économiser en énergie. Quant à la biomasse fermentescible, elle consiste à transformer les déchets organiques en biogaz avant d’être acheminer dans des groupes électrogènes spéciaux. Cependant, elle n’est considérée comme étant une énergie verte que lorsqu’il n’y a pas mise en péril de l’élément naturel.

L’origine de l’énergie biomasse

Au tout début, l’homme n’a utilisé le feu que comme moyen de survie, cela durant plusieurs années. Ce n’est qu’environ vers la fin du 19esiècle qu’un ingénieur a eu la brillante idée d’utiliser de l’huile végétale comme ressource d’alimentation. Depuis, l’idée a fait de nombreux adeptes et le concept fut très utilisée. Le phénomène a même été très adopté lors des deux grands conflits mondiaux durant une certaine crise de pétrole. L’intérêt de la biomasse fut alors de plus en plus pertinent et appréciée. Le principe fut alors lancé non pas pour stopper la déforestation mondiale, mais au moins, pour limiter les dégâts que cela pourrait produire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *