Fumer nuit à l’environnement

À l’occasion du mois sans tabac, il serait judicieux de zoomer sur un aspect peu abordé et peu connu du vapotage. Saviez-vous que l’impact du tabac sur l’environnement pouvait avoir plusieurs dimensions et plusieurs degrés de gravité ? Découvrez-en plus à travers cet article.cigarette-1

Les mégots, pollueurs et salissants

cigarettes-on-beach-sized1-600x360On estime que les mégots représentent chaque année, près de 845 000 tonnes de déchets. Ce chiffre ne comprend pas le packaging, les allumettes ni les briquets. Bien qu’un mégot contienne à lui seul, un taux anormalement élevé de toxines (nicotine, phénols et métaux lourds), le plus ennuyeux est sans aucun doute, le comportement irresponsable des fumeurs.

Beaucoup de Parisiens fumeurs semblent en effet ignorer que le fait de jeter un mégot sur les trottoirs est un acte punissable (l’amende s’élève à 68 euros). Le mégot peut relâcher dans la nature pas moins de 250 agents nocifs don 50 sans cancérigènes. Sans oublier que le filtre est fabriqué dans un acétate de cellulose non biodégradable. L’emballage du paquet de cigarettes mettra environ 6 mois à se dégrader dans la nature.

L’impact du tabac sur l’environnement

cigarette-2Un mégot de cigarette mal éteint peut provoquer un feu de forêt. Les procédés utilisés pour la culture et le séchage des feuilles de tabac accroissent les niveaux de dioxyde de carbones émis dans l’atmosphère. À bien des égards, la consommation, le commerce et l’exploitation de tabac sont en partie responsables du réchauffement climatique.

Pour le séchage en effet, l’émission de gaz polluants est inévitable puisque le tabac est séché à l’air chaud ou alors au fumage. En outre, près de 200 000 hectares de forêts seraient coupés chaque année pour permettre la culture du tabac. Un chiffre moins important que la déforestation, mais qui reste élevé et alarmant étant donné l’état d’urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *